Le blog des experts

Développement durable et politique de zones économiques spéciales

Dans sa quête du développement durable, la République Démocratique du Congo est en train de mettre en place une politique de zones économiques spéciales devant répondre aux besoins de diversification économique, de création massive d’emplois, d’attraction des investissements  directs étrangers, d’attraction  des nouvelles  technologies, de  renforcement de sa capacité d’exportation pour se procurer plus des devises, bref de développement économique. Entre temps ; le pays s’est engagé dans la COP21, avec pour intention de contribuer à la limitation des changements climatiques qui menacent l’humanité. Faudra- t-il restreindre son plan d’industrialisation pour ne pas émettre assez de gaz à effet de serre ? Faudra-t-il opté pour les pratiques de l’économie circulaire ou celle de zones économiques spéciales de réinvestissement ?

 

Le projet de zones économiques spéciales est peut être nouveau du point de vue conceptuelle, mais en pratique bien des projets de développement économique ont déjà été envisagés dans le passé. Le projet de la ZOFI (zone franche d’Inga) et celui de « foyers de développement » des années 88 et 92 élaboré par le B.E.A.U (bureau d’étude d’aménagement urbain) présentaient des  intentions de développement quasi similaires  à celles du projet de ZES. Ces projets avaient respectivement pour finalités ; d’accroitre la production de l’énergie électrique pour accroitre les recettes d’exportation des matières premières et d’opérer une transformation du monde agricole congolais en vue d’une indépendance alimentaire. Quoi qu’ils étaient mono sectoriels, de sorte qu’ils envisageaient un développement économique assis sur un seul secteur d’activité, le software (une gamme d’incitations fiscales) et le hardware (mise à disposition des espaces destinés à accueillir ces projets) sont des points de rapprochements avec le nouveau projet de zones économiques spéciales.

 

Les enjeux environnementaux du moment et le  fait que les projets cités ci-haut  n’aient pas abouti  nous ont  conduits à aligner la nouvelle politique de ZES dans une suite des préalables nécessaires à la réussite de cette politique en RDC :

- Les infrastructures de base dans la zone ;

- Les politiques incitatives bien encadrées ;

- Une localisation géographique de la zone économique spéciale par  nature d’activité qui va s’y exercer ;

-  Le portage politique,

-  Le partenariat gagnant-gagnant-gagnant

-  le développement d’une économie circulaire au sein des zones économiques spéciales ;

-  la création des zones économiques de réinvestissement.

 

La libre exploitation des ressources naturelles épuisables et non épuisables sera au cœur de la politique de zones économiques spéciales et pose un problème de durabilité de manière à être moins bénéfique aux générations de nos enfants. Le  risque pour les ressources épuisables de laisser des lits d’érosions et entrainer  un exode rural massif, comme cela s’est déjà produit dans les provinces des Kasaï est pressent .Même la présence des ressources renouvelables dans le secteur agricole ne garantit pas la durabilité. Dans le cas d’exploitation  extrême cela peut  aboutir à l’extinction de certaines espèces cultivées.

 

 L’équilibre à établir entre les bénéfices attendus de cette politique de ZES et les risques d’extinction des ressources sans être bénéfiques aux générations de nos enfants (problème de durabilité) se situe dans la création des zones économiques de réinvestissement et le développement d’une économie circulaire au sein de ces zones.

Auteur : Christian Mapendo Masumbuko

 

Né en 1990, Christian Mapendo Masumbuko est un énarque de la République Démocratique du Congo. Représentant du F.E.R.A.M en RDC et Membre du cercle de l’union interalliée à Paris, il est consultant en politique de zones économiques spéciales. Ses récentes recherches portent sur le développement durable et sur la dédollarisation de l’économie congolaise. En 2014, il a participé au projet TAXE EN RDC financé par le DFID et au projet Cleaning up Kinshasa, un projet de nettoyage et de recyclage des déchets plastiques à Kinshasa financé par P.S.I. Il est détenteur d’un diplôme de licence en économie monétaire et travaille actuellement au sein de l’administration publique de son pays.

 


Caractérisation des arbres dans les différents systèmes de culture en périphérie de Kinshasa

RESUME

 

Une étude sur la caractérisation des systèmes agroforestiers a été menée en périphérie de Kinshasa dans cinq villages de la commune de Maluku. Les résultats obtenus montrent qu’en périphérie de la ville province de Kinshasa, les agriculteurs intègrent plus les arbres fruitiers dans leur champ que les autres espèces d’arbres. La raison principale en est la diversification des sources de revenu. Bien que ce revenu soit substantiel, dans l’ensemble, les populations interrogées ont exprimé leur inquiétude quant aux conflits que ces arbres génèrent avec leurs voisins.

Il ressort de résultats de nos analyses que les populations pratiquent l’agroforesterie en associant les arbres fruitiers et non fruitiers avec les cultures vivrières comme le manioc, le maïs et l’arachide.

Les raisons qui ont guidé les agriculteurs à intégrer les arbres fruitiers aux champs se fondent sur la conjonction que les fruits et les graines sont les produits les plus bénéfiques sur les marchés de Kinshasa.

Quant à l’inventaire des espèces d’arbres présents au champ, Mangifera indica s’est révélé l’arbre fruitier le plus abondant avec une fréquence relative de 86,8% d’individus. L’agrosylviculture pratiquée par les populations reste le système qui s’adapte le mieux aux besoins des exploitants et qui leur offrent le meilleur rendement. La vulgarisation de l’agroforesterie dans les sphères de décisions concernant l’utilisation et la gestion durable des ressources végétales devrait prendre en compte les conditions de vie des populations en zone rurale et encourager la gestion traditionnelle des arbres.

 

Mots clés : Agroforesterie, agroécosystème, Maluku, agriculture itinérante, 

 

Auteurs:

Apollinaire Biloso, Claude Akalakou, John Mafolo 

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger le rapport dans son intégralité :


Présentation et missions

 

Crée en 2016, le blog FEDDRDC regroupe les informations sur le secteur du développement durable en RDC mais aussi des paroles d’experts, des articles et des dossiers scientifiques sur différentes thématiques liées à l’environnement de façon générale.

 

Le blog a pour vocation de contribuer à la progression des techniques et des connaissances d'intelligence environnementale sur la base de l'expertise des membres du réseau.

 

Ces derniers constituent un réseau indépendant d'échanges et d'informations qui travaille en liaison avec les acteurs économiques, les pouvoirs publics et les associations, en vue de favoriser la mise en œuvre de bonnes pratiques pour la protection de l'environnement,  l'efficacité énergétique et le développement durable.

 

Le blog FEDDRDC veut impliquer ses lecteurs. Grâce aux commentaires et à la page Facebook, tout un chacun peut réagir, donner son opinion, proposer des idées ou donner des conseils aux autres lecteurs.

 

Il s’agit donc de créer de la connaissance environnementale pour les congolais par les congolais.

 

Les entreprises, les administrations, les collectivités territoriales, les organismes professionnels et consulaires, les universités et centres de recherche sont nos interlocuteurs privilégiés.